Voila, nous allons finir ce petit tour d’horizon, qui n’avait d’autre ambition que d’apporter quelques clés à la compréhension de la difficulté de référencer un site full flash.

Pas de recette miracle, cela est toujours extrêmement compliqué! Au delà de la technique, garder toujours et pour tout le côté client!

Etude de Cas: Le puy du fou (www.puydufou.com)

Pour contourner les difficultés liées au Flash, l’agence Synodiance a proposé à son client de procéder par « découpe » thématique, ce que ce dernier a accepté.

« Il fallait à la fois différencier les langues mais aussi les contenus. Nous voulions arriver au résultat suivant : une page, un contenu. Pour cela, nous avons créé des pages spécifiques, comprenant un title, des contenus et des liens », explique Jean-Pascal Thys (Synodiance).

Contrairement au reste du site, 100% Flash, où la navigation se fait dynamiquement au sein d’une seule page HTML, les pages spécialement créées permettent de cibler une expression donnée et de faire des liens (depuis un site partenaire par exemple) vers elles.

Cet ensemble de pages spécialement créées pour contourner les difficultés à référencer un site entièrement en Flash permet de recréer de manière mécanique la logique de navigation dynamique et de se positionner sur des expressions ciblées par le site.

Toute l’étude complète est disponible à cette adresse:
http://www.journaldunet.com/solutions/moteur-referencement/enquete/quand-flash-et-referencement-s-affrontent-au-puy-du-fou/quand-flash-et-referencement-s-affrontent-au-puy-du-fou.shtml

Attention au Cloaking:

Selon Google:

Le cloaking est la pratique qui consiste à présenter aux utilisateurs des URL ou un contenu différents de ceux destinés aux moteurs de recherche. En raison de la présentation de résultats différents selon le user-agent, votre site peut être considéré comme trompeur et être retiré de l’index Google.

Exemple:

– Présentation d’une page de texte HTML aux moteurs de recherche, mais affichage d’une page d’images ou Flash aux utilisateurs.
– Présentation aux moteurs de recherche d’un contenu différent de celui destiné aux utilisateurs.

Evolution et tendance

Le blog de Google dédié aux webmasters se félicite d’indexer « encore mieux » le contenu ShockWave Flash, c’est-à-dire le format SWF, associé à Macromedia Flash d’Adobe.
Grâce à sa « collaboration continue » avec ce dernier, la firme de Mountain View annonce des progrès réalisés dans la prise en compte d’une technologie souvent considérée comme peu pratique pour optimiser le référencement.
Premier pas en avant annoncé : les ingénieurs Situ Jifeng et Sundsdal Sverre disent avoir amélioré la prise en compte des Javascripts :
« Grâce à l’amélioration de la façon de traiter les JavaScripts « ,  la reconnaissance et l’indexation des sites qui utilisent JavaScript pour intégrer du contenu SWF sont « bien meilleures ».

De plus, La course à la personnalisation du résultat a pour but d’inciter les sites Web à optimiser la qualité de leurs contenus et de leur ergonomie du point de vue de l’internaute, et non plus du point de vue des robots d’indexation.

Le SEO pur serait-il amené à disparaître au profit d’une approche plus globale de la qualité ?

Bon web à tous!